A report denouncing the forces of social inequality in access to care

published on Wednesday, September 21, 2022 at 10:45 a.m

Prévalence de maladies chroniques, risk de renunciation aux soins, realization de tests de pistage… Les inégalités sociales se resentent au sein du système de santé, met en lumière le report 2022 sur l’état de santé de la population en France published Wednesday .

From the plus jeune age, the disparities are marked between the children according to the socio-professional category of their parents: two times more d’enfants d’ouvriers than d’enfants de cadres se retrouvent en surpoids en grande section de maternelle, note la Dries.

And the prevalence of problems from the eye is identical, les enfants d’ouvriers sont moins nombreux than ceux de cadres à wearer des glasses (31% against 37%), selon le report du service statistique des ministères sociaux.

Au long de la vie, the risk of developing a chronic disease, à l’exception de certains cancers, is more élevé chez les personnes les more modestes than chez les more aisées.

Les 10% des Français les plus pauvres developent ainsi 2.8 fois plus often a diabetes that les 10% les plus aisés. The risk of developing a chronic disease du foie or pancréas is also 2.4 times more éléve pour les plus modestes by ratio aux plus aisés, et 2 fois pour les maladies psychiatriques.

Seul le case des cancers is distinguished: ils surviendraient “un peu moins frequenment chez les personnes avec les niveaux de vie les plus modestes”. Les personnes aisées are “souvent prises en charge pour des cancers de la prostate et du sein”, and les personnes modestes pour le cancer du poumon, Drees notes.

But this can be explained by a plus faible recourse to screening tests: in 2019, women aged 50 to 74 years who had never had a mammography were 24% among the more aisées against 39% among the more précaires.

Le renoncement aux soins touch also more les plus modestes, accentué par les déserts médicaux in certain territories. Pour la Drees, ces disparités peuvent sexpliquer, en partie, par “des habitudes de vie différenciées selon le milieu social”.

Chez les plus modestes, l’alimentation includes moins de fruits et légumes, avec plus d’obesité, not also le service statistique.

.

Leave a Comment