Assurance récolte : E. Macron s’engage sur une rallonge budgetary

Emmanuel Macron is committed to 80 million euros in the budget allocated to the reform of risk management and the full application of the Omnibus.

Le 9 September à Outarville, à Terres de Jim organizée par Jeunes agriculteurs (JA), le président de la République made several announcements regarding réforme de la gestion des risques climatiques. Lors d’une table ronde, he announced that “ confirm » the budget of 600 million euros (M€) provided for the reform of risk management. Budget qu’il avait lui-même announced an plus tôt à l’édition 2021 des Terres de Jim dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Dans la foulée, he added that he would prepare up to 680 M€ and necessary. Ceci, in order to « tenir ce que j’ai compris comme étant ce sacro-saint 20-70-90 et de permettre, y compris aux filières qui étaiten à 25 % de seuil de déclenchement de l’assurance d’aller aux 20 % pour créer un appel d ‘air et une vraie attraction de ce système d’assurance “, said Emmanuel Macron.

With this statement, the president has in fact announced l’application du règlement européen Omnibus pour toutes les filières (20% of the seuil de déclenchement de l’assurance, 70% de subvention à la prime d’assurance, NDLR) and l’application d ‘un rate d’indemnisation publique de 90 % pour les pertes catastrophiques subies par les agriculteurs assureds.

FNSEA is optimistic

Des mesures that have been espérées depuis de longs mois appear at FNSEA. « These announcements are likely to cause shock assurantiel because les agriculteurs aujourd’hui non-couverts saisissent l’opportunité de s’assure et ce les actuels assurantes nu se detournent pas de l’assurance », se sont félicités at FNSEA and JA in a joint statement.

During his speech, Emmanuel Macron specified that he would have a review clause » sur la rallonge budgetaire car, « if it exceeds 680 M€ the state cannot be a payeur aveugle ». What rendezvous will take place at the end of 2023, according to FNSEA vice-president Joël Limouzin. In revanche, chef de l’État nu s’est pas pronounce sur le seuil de déclenchement de l’indemnisation publique pour les pertes catastrophiques. This should be set at 30% of shares for arboriculture and grassland, and 50 or 60% for viticulture and large crops. Le sujet prête à d’intense discussions pour ces deux dernières filières qui défendent mordicus un threshold à 50 %. Likewise, Emmanuel Macron is not pronounced on la dégressivité de l’indemnisation publique pour les agriculteurs non-assurés.

LM

Leave a Comment