Climate: les compagnies d’assurance assises entre deux chaises

Insurance companies participated in a unique position in a genre. D’un côté, they paient de plus en plus cher pour les déjàuts caused by extreme weather events. On the other hand, they finance and support an industry that contributes au rechauffement. Peuvent-elles mettre de la pressure in this industry?

Traditionally, these companies relied on historical data to assess the risks of storms and forest fires, and invoiced their clients in accordance with these risks. Mais ces calculus they hold us more. Dans le dernier report du GIEC, on peut lire que les risques climatiques become more complex to assess and more difficult to manage, en plus du fait que deux ou trois crises peuvent eclater en même temps. Le level des eaux est plus élevé, les canicules sont more intense, les ouragans plus forts…

What you have posed an existential problem for the insurance industry, which has long been a key actor of the economic system face aux catastrophes, sums up l’expert des finances climatiques Zac Taylor, aux Pays-Bas. When it becomes “plus difficile ou plus costeux d’assure, ça a des ramifications in l’ensemble du système”.

D’ores et déjà, des assureurs ont haussé leurs primes et se sont pensionés de régions qu’ils considerant trop risquées. “Les gens ordinaires vont ressentir cela de deux façons,” continued Taylor. « Soit leur assurance va leur coûter beaucoup plus cher, soit ils ne seront plus capable d’en avoir une. »

Et parce que c’est un marché global, les gens riscant de payer encore plus, même quand un événement extrême frappe une autre partie du monde. « If there is a dramatic flood in Germany, a bush fire in Australia, a typhoon in Japan, then the insurance for a home owner in Florida will be more expensive—qu’il y ait ou non un oragan en Florida . »

Assurer les pollueurs, oh no?

In parallel, insurance companies also hold great power over the energy transition. Elles peuvent support or block fossil fuel exploitation projects in their choice to insure or not, and for that price. In theory, accelerating the passage of green energies would reduce exposure to catastrophic weather events.

According to an analysis by McKinsey consulting firms in 2021, les expenses dans des pistes de solutions telles que des fermes d’éoliennes or des installations de recharge de véhicules électriques, can lead to des primes d’assurance de 10 à 15 milliards. In comparison, le marché du pétrole et du gas is valued at $18.5 billion in annual premiums, according to the environmental group’s 2021 report. We secure our future.

Il faut aussi savoir que le marché de la reassurance — les compagnies qui sont en quelque sorte les “prêteurs de dernier ressort” y car garantissent la solvabilité de l’assureure — compte un petit nombre de gros acteurs, au point où il suffirait de peu de choses pour qu’un virage se produced, explains Regina Richter, co-author of the report. “Also, an industry so powerful that le pétrole or le gas will devoir, à un moment dat, se tourne vers les réassureurs. Si juste une poignée de compagnies font ce virage, ça fait une grosse différence. »

Or, pour l’instant, en dépit des appels urgentes — especially through l’Agence internationale de l’énergie— à cesser d’ouvrir de nouvelles mines de charbon or de nouveaux forages gaziers ou pétroliers, l’industrie de l’assurance n “a step semblé à l’écoute, reprochent les militant environnementaux qui en appealent à sortir les investments des carburants fossiles.

Munich Re, the largest reassurance firm in the world, which has been warning of the dangers of climate change for more than half a century, continues to approach companies that “manage large quantities of hydrocarbons”, according to site son

La compagnie a cependant ceassé d’assure les mines de charbon et leurs centrales en 2018. More recently, it displayed des cibles de réduction des gaz à effet de serre (GES), pour les projets qu’elle assure dans le gaz et le pétrole, of 5% by 2025, with a goal of carbon neutrality in 2050.

“One could alléguer que ça pourrait être plus vite”, admits Ernst Rauch, who holds the post of climatologist en chef chez Munich Re. «Le problème est que si nous nous pensions dès main du marché de la couverture des carburantes fossiles, l’industrie sera encore là, parce que la demande is là. »

Des compétiteurs ont par contre prouvé qu’une action plus energique was possible. Swiss Re and Hannover Re, the second and third largest reassurance companies in the world, have ceased to insure gas and oil projects. Dans une déclaration écrite, Hannover. Deux autres gros réassureurs, China Re et Lloyd’s, n’ont pas répons aux demandes d’entrevues à ce sujet.

The militants hope for their part that even more insurance companies are excluded from new gas and oil projects, the energy companies will have more difficulties in extracting new fuels. C’est déjà le cas avec le charbon, explains Regina Richter. « Certain power stations have coal ont beaucoup de difficulties à s’assure — et lorsque’elles le peuvent, c’est plus cher — alors elles doivent se demander si ça fait encore du sens ou non. »

I miss none of our contents

Encourage Pieuvre.ca

Leave a Comment