en Tunisie, le retour de l’abattage des chiens errants

Publish:

Fin juillet, several municipalités tunisiennes announced the launch of a campaign de abattage des chiens errants, practice annuelle largemente décriée comme barbare par des organizations de protection des animaux. Novelty: les autorités prévoient d’engage des chasseurs qui aideront les agents municipalaux à traquer les chiens des rues. Des activistes tunisiennes ont contacté notre rédaction afin d’attirre l’attention sur cette pratique qu’elles qualient de carnage.

Please note that certain images may appear in this article

In a statement published on July 21 on the Facebook page, the government of Tunis announced a campaign to destroy animals in Tunis and in several municipalités du pays. Le plan de travail, established in May 2022, pretexts “assure la sécurité des citoyens et des touristes et preserver l’esthétique” des villes.

Add the communique that adds the communities collaborating with the associations of drivers, also in ensuring “poursuivre les campagnes de vaccination et de stérilisation” des chiens errants in collaboration with the associations vétérinaires. The campaign is still debated through these same organizations, images for support, on social networks.

Sur la most d’entre elles, on voit des cadavres de chiens abattu par balle, abandonnés dans les rues ou dans des bennes à ordures. Parfois, l’animal est encore vivant, quoique gravement blessé, et gît agonisant dans une mare de sango. Les auteurs des extraits videos ne mâchent pas leurs mots quant à la decision du gouvernement.

In the videos filmed on June 28 in the touristic district of Monastir (east), we saw a bloodied dog lying on the pavement near a pool of dried blood. L’auteur des extraits dit: “En Tunisie, on commence notre journée par le sang, par des chiens tués (…) It’s the one la promotion du tourisme: tuer des chiens errants en face du Ribat de Monastir… Ils their tirent dessus devant des enfants… Nobody wanted to come to it [chienne] rescue on the spot…”

“Le spectacle made me sick. Ils ont même tué des chiots”

Khadija, ressortissante britannique faisant du bénévolat aupres des animaux errants, habite depuis plus de deux ans dans le center de Hammamet (northeast). Le matin du 18 juin, elle a trouvé plusieurs chiens de rue, qu’elle nourrissait réguellemente, abattu par balle par des municipal agents.

Elle said:

Je ne les ai pas vus tirer, je suis rentrée chez moi vers 2h du matin pour découvrir ma rue jonchée de cadavres de chiens. Au début, j’ai vu une chienne sur la chaussée, une chienne que j’adorais. Elle avait l’air d’avoir été renversée by a car. Quand je suis descendue de la voiture, des habitants m’ont dit : “c’est la municipalité, il n’y en a plus.”

“Elle s’appelait Lisa”, indicates Khadija à notre redaction. Elle a pris cette photo le matin du June 18 à 2h55 à Barraket Essahel, Hammamet. © Khadija Observatory photo award

This night-là, je n’ai vu que échalet cadavres, mais j’ai entendu qu’une cinquantaine de chiens auraint été tués le même soir, and the municipalité provoit encore multiple evens d’abattage… Je n’ai pas pu aller chercher plus de cadavres, le spectacle made me sick. J’ai pleuré frenétiquement pendent quelques jours, je me suis sentie comme engourdie. Ils ont même tué des chiots.

“Nous finissons toujours seem to lose face à ces pratiques barbares”

C’était la première fois que j’assistais à quelque chose d’aussi affligeant. As beaucoup d’autres bénévoles, I sterilize and vaccinate autant d’animaux que possible, mais cela n’est jamais assez. Nous finissons toujours par perdre face à ces pratiques barbares. Cela doit s’arréter un jour.

We are periodically à court de vaccins contre la rage pour les animaux domestiques, and even when the municipality opens a sterilization center, the premises are rarely open to the public or aux bénévoles. Yet, nous serions nombreux à se porter volontaires.

The Tunisian government has yet promised in 2020 to break with these slaughter campaigns, practiced regularly by the municipal police in Tunisia and denounced by animal protection associations.

In 2021, le Comité des droits de l’enfant de l’UNO estimated in a report that l’exposition des enfants aux violences faites aux animaux nuit à l’intérêt supérieur de l’enfant, et a recomendement à la Tunisie d ‘ eliminator ces pratiques.

Screen captures of a video filmed on the morning of August 5th were published in an animal protection group on Facebook.  On y voit a municipal employee larguer le cadavre d'un chien dans une benne à Bir Bouregba, Hammamet.
Screen captures of a video filmed on the morning of August 5th were published in an animal protection group on Facebook. On y voit a municipal employee larguer le cadavre d’un chien dans une benne à Bir Bouregba, Hammamet. © Sauvetage des animaux de Tunisie on Facebook

Le collectif Tunisia Animals Voice adressed une lettre au président tunisien en decembre 2021, dans laquelle interpela il the need to create an animal protection law that mettrait fin aux abattages et developrait the sterilization and the vaccination des animaux errants. Le même collectif launched an online petition ayant les mêmes objectivees, which collected more than 44,000 signatures.

“The solution is simple: feed, spay and vaccinate them”

Malika is one of the founders in Tunisia of Animal Voices, collectives that collect images and testimonies of violence against animals and challenge the Tunisian authorities and associations. He explains:

Nous essayons de mobiliser en ligne le maximum de gens contre ces abattages. Souvent, les municipalités publient on Facebook un avis d’abattage des chiens, c’est donc l’occasion d’inonder le fil de commentaires avec des messages qui dénoncent ces pratiques. In 2020, this caused the mayor of Tunis to react, and they are the proceeds of the anti-abattage declarations from the suites.


TO LIRE SUR LES OBSERVATEURS >> In Tunisia, a new “barbaric” campaign d’abattage de chiens errants

Parmi les multiple bénévoles of this cause on the terrain, la vétérinaire Dr Soumaya Chouk se rend aux municipalités pour leur proposant d’opter pour la méthode TNR (“Trap-Neuter-Release” – Attraper-Stériliser-Relâcher, en français) afin de venir à bout de la overpopulation et combattre la rage.

L’État tunisien offers vaccines antirabiques aux animaux ayant déjà un owner, et exclut les animaux errants. Mais ensuite, il tue ces mêmes animaux exclus des soins, sous prétexte qu’ils seritant enragés.

S’il ya une remontée dans les chiffres de contamination par la rage, c’est la faute direct de la politique des gouvernements.

The solution is simple: feed them, sterilize and vaccinate them.

De plus en plus de municipalités tunisiennes, comme Sousse, Raoued ou Radès, annoncent vouloir ouvrir des refuges et steriliser les chiens. Mais elles manquent of financial and medical resources. An Italian-Tunisian association, L’arca Di Noé, has proposed in 2021 to the Ministry of Interior un appui logistique et budgetary aux gouvernorats souhaitant to pursue this project. D’autres municipalités, comme those from Djerba, categorically reject the TNR method because of the pressures of the inhabitants who prefer a more radical solution à la canine overpopulation on the island.

.

Leave a Comment