Pyrénées-Orientales: Looking for a desperate doctor for an impotent octogenarian, gravely ill and isolated

Depuis deux mois au chevet de Jacques, 89 years old, l’ancien serrurier de Saint-Laurent-de-la-Salanque, son fils et sa belle-fille s’absentent la mort dans l’âme. Le couple est oblige de remonter chez lui à Nantes, laissant l’octogénaire seul jusqu’à la fin août où les époux redescendront le chercher pour l’emmener en Ephad, près d’eux. Or, d’ici là, le vieil homme malade n’ a plus de médecin traitant à appeler en cas d’urgence. My generalist retired. Et il n’en trouve pas de nouveau.

Allongé sur un lit médicalisé installed in the house of Saint-Laurent-de-la-Salanque, Jacques Jamesse-Lejeune fix son fils Pascal d’un doux regard qu’on devine autrefois bleu acier. La douleur, lancinante, implacable, unbearable, qui le tenaille malgré de puissants antalgiques et antibiotiques, plisse ses yeux fatigués. Et puis, même s il ne geint pas, s il ne se plaint jamais, Jacques a bien comprend que Pascal et son épouse Anne-Marie devaient bientôt repartir.

He will then find himself almost alone with his ventilator at hand. “On tout prévo. Une infirmière viendra tous les jours pour les soins et les médicaments, une aide à domicile aussi, des repas lui will portés and une voisine a promised de lui rendre une visite quotidienne in order to make sure that he . good…”, lists sa belle-fille. Elle a placardé aux murs toutes les consignes à observe durant leurs trois semaines d’absence. Tout sauf le numéro de telephone of the doctor treating Jacques à contacter. Pour cause, l’octogenaire de 89 ans n’en a plus. Il est comme ces patients de plus en plus nombreux dans les Pyrénées-Orientales à voir leur généraliste mettre le caducée sous la porte. Faults of substitute egg of successor. Ce côté de la Salanque, constant tristement ses proches, devient un medical desert. L’état de santé du Laurentin requires a doctor of proximity.

“Le confinement made him énormément fragilisé, il est dénutri et, en mai dernier, il a été opéré d’un hématome sous-dural lié à ses multiple chutes”, explains Pascal. Hospitalized jusqu’au juin 20, Jacques a pu regagner son domicile specially aményé par les siens pour son nouveau handicap. Physiquement diminué, le vieil homme ne se lève quasiment plus, they are at risk of falling, il a perdu cette autonomie qui l’animait antan. Moreover, le 18 juillet, il a sombré dans une nouvelle souffrance unbearable. “Il s’est tordu de douleur à cause d’une grosse boule qu’il avait sous le bras gauche”s’est alarmé son fils.

Face à une soutenable souffrance, une course aux médecins vain et insupportable

The couple immediately called SOS Médecins qui “n’avait pas de rendezvous disponible. On a également essayé les praticiens libéraux du sector, aucun ne could le prendre. Alors, on composé le 15”. Les époux are directed towards the medical center of the hospital that addresses the Urgences. Le papy en ressort dans la nuit avec “a suspicion of lipoma d’évolution subaiguë”, autrement dit une grosse tumeur de tissus mous, et deux ordonnances. At the premiere for an ultrasound to achieve in sept days and another date for a rendezvous in dentistry sous quinzaine. “Et c’est reparti pour la course aux médecins. J’ai téléphoné à tous les services de radiologie, le seul rendezvous possible était au 7 septembre prochain”, déséspérent Anne-Marie et Pascal Jamesse. Qui ne sont pas au bout de leur peine.

La galère resurgit en effet pour trouver un generaliste who doit prescription à Jacques a fauteuil roulant. Despite the efforts of the CPAM ombudsman who prévient dès quelle a une piste pour un moins médecin surcharge que les autres, et du DAC 66, a dispositif d’appui et de coordination medicale qui les suit et les aiguille, nothing n’y fait C’est non sur non. The solution will finally come from the pharmacist chez qui le couple conduct Jacques pour son rappel de vaccine anti-Covid. “When elle l’a vu dans cet état, elle a couru au cabinet médical d’en face et nous a obtenu exceptionallymentment une consultation.” L’octogénaire is placed under morphine and antibiotics.

À bout de forces, abattos, Anne-Marie et Pascal his proposer “one maison de retraite par here. He refused, he prefers an establishment in Nantes près de chez nous where he can finally see his deux petits-enfants et ses five arrière-petits-enfants”, breathe sa belle-fille. Après avoir repassé une centaine de coups de fil en quête d’un practitioner who agrees to remplir le dossier medical indispensable à son admission en Ehpad, “un miracle qui s’est product ce 28 juillet”les époux profiteront de leur retour provisoire sur Nantes pour lui dénicher une place dans un nid douillet. “On part tout de même bouleversé. On esperre que son lipome nu va pas évoluer ou s’aggraver en notre absence”, se lamentant ses proches qui lui ont promis de l’appeler matin, midi et soir. La mort dans l’âme de le laisser seul, sans médecin de famille à alerter. Une situation qui a unfortunately tendance à étendre à tous les territoires de l’Hexagone.

Leave a Comment