Révolutionner l’assurance santé – Trends-Tendances sur PC

Alan, l’une des françaises du numérique stars, s’est installe il ya moins de deux ans en Belgique qu’elle considre comme l’un de ses marchés phares. Elle y proposes une assurance santé 100% digital, but also a surface of digital health services, which took the font to take the chemin de l’app santé, grail of many technology actors.

Arriver à plus de 100 million d’euros de chiffre d’affaires, rien qu’en Belgique, d’ici trois ans, grâce à quelque 100,000 utilisers. L’ambition de la scale-up française Alan est grande. Et certain coulds’en étonner s’ils n’ont jamais entendu parler de cette jeune pousse spécialiste de l’assurance santé digitale. But Alan affiche un parcours qui laisse penser que l’ambition de Jean-Charles Samuelian, son cofondateur et CEO, n’est pas démesurée et qu’il ne s’agit pas que d’un slogan pour faire parler de soi. At scale-up, there are only cinq entreprises d’assurtech (technologies applied to assurance) having levé le plus d’argent au monde. At companies, you’ve launched six years ago, already achieved a valuation close to 3 billion euros. She is one of the tech française les plus en vue du moment stars. It is already far from the petite start-up du coin: Alan compte près de 600 de employés répartis entre la France, la Belgique et l’Espagne, ses trois seuls marchés pour l’instant. Et son revenu annuel recurrent (le famous “ARR” cher aux start-up du digital) atteindrait 220 million euros today, in constant progression.

Arriver à plus de 100 million d’euros de chiffre d’affaires, rien qu’en Belgique, d’ici trois ans, grâce à quelque 100,000 utilisers. L’ambition de la scale-up française Alan est grande. Et certain coulds’en étonner s’ils n’ont jamais entendu parler de cette jeune pousse spécialiste de l’assurance santé digitale. But Alan affiche un parcours qui laisse penser que l’ambition de Jean-Charles Samuelian, son cofondateur et CEO, n’est pas démesurée et qu’il ne s’agit pas que d’un slogan pour faire parler de soi. At scale-up, there are only cinq entreprises d’assurtech (technologies applied to assurance) having levé le plus d’argent au monde. At companies, you’ve launched six years ago, already achieved a valuation close to 3 billion euros. She is one of the stars of French technology, plus en vue du moment. It is already far from the petite start-up du coin: Alan compte près de 600 de employés répartis entre la France, la Belgique et l’Espagne, ses trois seuls marchés pour l’instant. Et son revenu annuel recurrent (le famous “ARR” cher aux start-up du digital) atteindrait 220 million euros today, in constant progression. Quand on a l’occasion de rencontrer Jean-Charles Samuelian, à l’allure jeune et relax, on l’écoute donc unveiler son ambition belge avec un certain interêtre. Installé chez nous pour raisons personales, CEO d’Alan croit par ailleurs firmly in the possibilities offered by Belgique à son entreprise. Même s’il s’agit d’un petit pays, notre marché has une profondeur intéressante pour Alan, who voit aussi dans l’approche multilingual une expérience intéressante. The current “petite” belge teams (40 people) already succeed in seducing numerous companies, small and medium enterprises up to 800 to 1,000 people and who are “vrais” customers. What PME destination positioning is relatively specific. “Beaucoup d’assurances target aujourd’hui les grandes entreprises, observes Kasper Peters, partner responsible for the assurances et des banques sector at Deloitte. But in Belgium, le marché des PME is relatively sous-développé in which field. This is explained by relatively limited employee volume, and highly variable risk levels.” However, offer des avantages tels que des assurances santé à leurs employés intéresse today also les PME. “Les employés, including the young generation, are continuement à la recherche de sens in their job mais cherchent aussi des employeurs qui prennent soin d’eux, inchaîne l’expert de chez Deloitte. Alan s’integrate dans cette évolution, offrant this. possibility for SMEs when it is easier for large enterprises, endowed with plus de moyens.” Today, the scale-up counted 18,000 client companies, reparts on its three markets. A ces entreprises, l’assurtech d’origine française proposes a santé connectée coverage. Its platform allows contractors a 100% digital assurance and has online reimbursement systems, ultra-fast, with real promises in user experience. Ce sont les entreprises qui y souscrivent, au profit de leurs utilisers. “C’est une approche ideale, note un observateur. Car le risc pour une entreprise d’assurances est essentially d’attirer les mauvais utilisers. En s’adressant au B to B, Alan évolue dans un membres censés être davantage instruits . et plus inclins à la prevention. Sans compter qu’Alan compte parmi ses clients pas mal de start-up comme Cowboy, Qover, Pax Familia, etc. More than what in Belgique? Si notre pays compte parmi les trois premiers marchés d ‘Alan, c’est parce qu’on y devine “une vraie attente d’innovation, insists the CEO. C’est un marché sur lequel il y avait des rentes, mais peu de nouveaux entrants. Nous sommes conveniens de pouvoir réussir en travailant sur la qualité et notre différencei”. Pour se demarcer, la scale-up fondée de Jean-Charles Samuelian and Charles Gorintin propose, for example, a layer of different services around the assurance. He developed, in particular, “Alan Mind”, a product oriented towards mental well-being and which offers access to a personalized program and individual sessions with trainers and specialists. “Alan Clinic”, as for him, functions like a medical chat through duquel les users can talk to generalists and specialists in the fields of nutrition or du sommeil, among others. In housing these innovating services à son assurance santé, Alan ajoute evidently de la valeur à son produit de base. Surtout, la scale-up se rapproche du grail by many actors in the sector: l’app santé. Also, how many disruptors or tech entrepreneurs are working to introduce digital into the management of citizens’ health. Le numérique offers in effect today an incalculable name of possibilities for this fine. No other actor, today, has managed to impose a central application that will allow them to focus on each citizen in all ses questions santé. Et d’aucuns craignent, aujourd’hui, que la toute-puissance des Gafam does not permit à these last de l’emporter aussi on the ground, delocalisant aux Etats-Unis la gestion de notre santé digitale. “Pour le moment, person n’a encore gagné la bataille de l’app santé, observes Sébastien Deletaille, entrepreneur à l’origine of the start-up Rosa qui ambitionne aussi devenir the app santé de référence en Belgique. Several strategies are designed to arrive. Certains like Alan prennen le chemin de l’assurance. D’autres, comme Rosa, the one from the medical rendezvous sockets… Si la destination est concurrente, l’approche ne l’est donc pas du tout. A ce stade, nous ne nous affrontons donc pas.” For Alan, these services are also a kind of se différencer de manière innovante by rapport à l’assurance traditional, parfois jugée très en retard sur le terrain du numérique. “Dans le sector de l’assurance, plus aucun vieux dinosaure n’ignore le digital, tempère Kasper Peters, de Deloitte. Est-ce à dire qu’Alan et ses quelque 20,000 belges users n’ont pas encore les armes pour inquiéter les assureurs traditionnels? “J’imagine qu’aujourd’hui non, Jean-Charles Samuelian reacts: 20,000 members, c’est encore petit. But in France, where l’on compte now 300,000 users, which is exceeded and a moment in the stade des 20,000 …” Forte d’une recent levée de fonds à 183 million d’euros, important le total obtenu des investisseurs (Ontario Teachers’ Pension Plan, Teachers’ Venture Growth, Index, Temasek, DST Global, etc.) à 493 million d’euros, Alan continues de miser sur une forte croissance. The scale-up counts hire 1,000 new collaborators in the three years, dont 200 per marché belge. Objective? Servir, à terme, quelque 3 million members, against 340,000 today. Pourtant, si elle vise l’hyper-croissance, la triple licorne française does not directly dream of a développement through internationalization tous azimuts. Jusqu’en 2025, elle compte se “limitator” à des operations en France, Belgique et Espagne. “Nous ne devrions pas ouvrir de quatrième marché avant 2025, insists the CEO. Nous ne voulons pas courir trop de lièvres à la fois, nous préférons d’abord maîtrister correct nos marchés actuels, et nous y installer très en profondeur.” Are they at risk of voir d’autres acteurs se lancer et preemptor de futurs marchés? “Les barrières à l’entrée are hautes pour de nouveaux acteurs, répond le jeune entrepreneur. Donc on pense qu’il y en aura peu. On préfere de toute façon rester patients et bien faire les choses, quitte à accreiser si besoin.” La scale-up vise par ailleurs une profitabilité d’ici 2025, pour les neuf ans de la firme. That imposed on him therefore an operational rigueur, encouraging him to avoid multiple onéreuses et risquées sur de nouveaux marchés.

Leave a Comment