Sécheresse, gel, grêle… le Parlement adopte la réforme de l’assurance récolte


A on the eve of the Salon de l’Agriculture, the Parliament adopted on Thursday by a last vote of the Sénat a reform of the assurance récolte expected for a long time by the agricultural world, first line face aux conséquences du changement climatique.

The draft law was adopted for the last time on Tuesday by the Assemblée nationale, in the compromise version obtained in the mixed commission.

Faced with “a système à bout de souffle” and a doubled multiplication of an intensification of the climatic alleys, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a vanté “une réforme historique, fruit d’un travail parlementaire nourri”.

Esquissée en septembre par le président Emmanuel Macron lors d’un rassemblement de jeunes agriculteurs, elle doit être operatonnement la 1er janvier 2023.

Concretely, the texts create “a universal regime of compensation” with three levels: a premier level relève de l’agriculteur, which would have to assume les pertes les plus modestes, jusqu’à un threshold of franchise; un deuxième niveau relève de l’assureure, et un troisième incombe à l’Etat, qui, au-dessus d’un threshold de pertes, mobilizes public funds to respond to catastrophe situations.

A single window is created to simplify procedures.

The text provided when creating an insurance pool. Adèra would be mandatory for insurers in the sector, thus allowing a sharing of data and a mutualization of risks, in order to establish a first insurance as fair as possible.

L’indemnisation des pertes de récolte reposait until the parallel operation of two regimes.

Le premier, celui des calamités agricoles, exists depuis les années 1960. Cofinancé par les agriculteurs et l’État, il exclut certain pans de l’agriculture (viticulture et grandes cultures) y ses délais sont jugés trop longs.

The second is the insurance system, private, but subsidized at 65% by the State, deficit and even less subscribed by farmers (around 18% toutes cultures confondues, selon le ministère).

L’épisode de frost tardif du printemps 2021 clearly showed the limits of the system: l’État avait dû annoncer un fundamentement exceptionale d’un milliard d’euros et rendre eligibles à l’indemnisation les viticoles.

“A quelque chose malheur est bon”, a relevé Bernard Buis (RDPI à majorité En Marche) pour qui ce désastre “contributed à la convergence de tous les acteurs”.

“trust” guarantee

The senators ont battlellé pour transform le texte “en une ambitiouseuse loi d’orientation”, in introduisant des éléments chiffrés. It will be written into the law of the commitment to the height of 600 million euros annually of public expenses to accompany the implementation of the reform, in the period 2023-2030, and in the annex, the objectives of reaching the insured agricultural areas, par. type of culture, à l’horizon 2030, ainsi que des objectivees indicatifs pour les niveaux d’intervention of the state par production.

It is about guaranteeing “trust”, insisted the rapporteur Laurent Duplomb (LR). “Si nous entendons déjà une petite musique qui consisterait à nous dire, that it would not be particularly respectful, je le redis de façon solemnnelle, ces taux nous obligent (…) parce que ces taux parlent aux agriculteurs”, he added .

“Vous avez donné du coffre à ce qui est une loi d’orientation” greeted socialist Denis Bouad.

Le ministère ambitionne qu’environ la moitie des cultures are assured d’ici à 2030.

Les agriculteurs sont largemente incités à s’assurer: les indemnisations versées au titre de la solidarité nationale vor fi minor pour les exploitants non assurer. A “modulation” device to help installation incite young farmers to subscribe to multi-risk climate insurance from their entry into activity.

Two political groups voted against the text, qui selon Fabien Gay (CRCE à majorité communiste) “s’enferre dans le choix de l’assurance privée”. L’écologiste Daniel Salmon also deplored a “désengagement de l’Etat au profit du secteur assurantiel”.

Maryse Carrère appealed to a majority of the RDSE group to a radical majority was favorable for compulsory insurance. Nevertheless, the group’s senators voted on the texts “attachés à la protection du travail et des investissements des exploitants et surtout de leurs revenus”.

Pour la FNSEA, “le travail doit se puisseur”, sans “perdre de temps”. “Dest la promulgation de la loi, la concertation avec les représentants des filières et l’ensemble des parties préventants devra s’engager au sein of the commission chargée de l’orientation and du development des assurances”, declared the first agricultural organization in a communicated.

24.02.2022 19:20:27 – Paris (AFP) – © 2022 AFP

Leave a Comment