what’s the que la clascotérone, ce traitement novateur qui se fait attendre en Europe?

« What is really promising with la clascotérone, because it acts like a completely new mechanism on hormonal causes of acne », summarizes the American dermatologist John Barbieri.

Hormonal action

Depuis la fin 2021, les médecins américains can prescribe cette crème contre l’acné, une maladie de peau à la laquelle il este bine rare d’échapar au cours de sa vie. L’acné, sa peau grasse et ses boutons touchent environ trois adolescents sur quatre. Many adults are also affected. Face à o maladie î repandue, les innovations therapeutiques sont rares, well that the research is recently progressé sur d’autres plan come the effects of the alimentation.

Before the apparition of clascotérone, les traitements anti-acné n’avaient registered any news depuis almost 40 years. Les traitements locaux were jusqu’alors divises en deux grandes categorie: those that eliminate through antibiotics the bacteria at the origin of acne, and those that limit the accumulation of dead cells, a process that favors inflammation.

La clascotérone, on the other hand, makes the cells of the skin less receptive to the hormones at the origin of the sebum, to the fatty substance that the acne produces in large quantities. D’autres traitements, par voie orale, agissent aussi sur le plan hormonal. It is generally contraceptive pills, so exclusively given to women. And, in the direct influence of hormone production, it causes good plus heavy boulevards in the body.

New hope

Pour autant, a new mechanism of action is loin d’assure l’intérêt d’un médicament, il doit aussi prouver qu’il marche. C’est le cas de la clacostérone qu’une étude, publiée en 2020 dans le Jama Dermatology, judged more effective than a placebo data à l’aveugle, et sans effet secondaire important. Cette étude était assez probante because the American authorities approve the treatment.

Mais il ne faut pas non plus s’attendre à un médicament miracle ou à une revolution contre l’acné. L’étude « ne compare pas avec les traitements existants, donc on ne sait pas très bien comment placer tout ça », tempère la dermatologue français Emilie Sbidian. Pour autant, elle juge « très intéressant » what new medication could offer a new spirit to patients rétifs à d’autres traitements, or bien être donné en plus de ces derniers pour accreitoire leur efficacy.

Toujours pas in Europe

Yet, ce n’est pas à l’ordre du jour en Europe, où rien n’indique quand le traitement sera disponible. Frilosité des authorities sanitaires? Même pas: l’autorité européenne du médicament (EMA) indicated that it had not begun to evaluate the médicament.

The answer is sought in the choice of the company that produces the drug, suisse Cosmo Pharma. “Comme nous sommes un très petit groupe, we are first focused on an authorization in the premier marché world, in the United States of America” ​​where the treatment is now distributed in another company, Sun Pharma, explained Diana Harbort, responsible for l’unité dermatologique de Cosmo.

According to her, the dermatology market does not interest the pharmaceutical giants, like the American Pfizer and the French Sanofi, and Cosmo must find a different partner by region of the world. Il vient d’y arriver en Chine, ce qu’il a nouncement fin juillet lors de ses résultats trimestriels. But, in Europe, nothing new.

“Je pense qu’il ya eu des erreurs de strategy du groupe”

Why does it take so much time to find a partner? Le groupe evokes a marché long ralenti through the Covid crisis, but this explanation does not convince pas tous les observateurs. “The dermatological market is rather porteur,” notes financial analyst Jamila El Bougrini. « Je pense qu’il ya eu des erreurs de strategy du groupe. »

Leave a Comment